Archives par mot-clé : DAVID FOENKINOS

NUMÉRO 59

LES CHRONIQUES

Le Journal littéraire
Adrien Bosc
Journal presque vrai
La Pause
Alban Perinet et Jean-Baptiste Gendarme
Quatre romans de la rentrée littéraire 2018
Et moi, je vous en pose ?  Emmanuelle Pagano
Dix questions pour en savoir plus sur l’auteur
À vos idoles
Emmanuel Villin
Une lettre pour Christian Gailly
L’Interview imaginaire  Marguerite Duras
Une rencontre trouvillaise entre Arnaud Cathrine et l’auteur de L’Amant
Pour remonter le moral de l’auteur
Iegor Gran
Quelques conseils à suivre (ou pas)
Notes de bas de page & poils de chèvre 
Arthur Devriendt
Le sari indien : mode d’emploi
Posture (et imposture) de l’homme de lettres
Jean-François Kierzkowski
L’écrivain et son courrier

LA PANOPLIE LITTÉRAIRE

Homme de revues (il co-dirige toujours la revue Ligne de risque), auteur, entre autres, de Jan Karski (Gallimard), lauréat du Prix Médicis en 2017 avec Tiens ferme ta couronne (Gallimard), Yannick Haenel se plie au jeu de la Panoplie littéraire et nous ouvre les portes de son bureau.

Sans langue de bois, il raconte son enfance voyageuse, son adolescence dans un Prytanée Militaire, dresse l’inventaire des livres formateurs, évoque les auteurs qui le touchent et l’ont nourri.

LE DOSSIER THÉMATIQUE

« Les dessous de la dédicace »
Il est d’usage qu’un auteur dédie son livre à quelqu’un par
une dédicace imprimée, généralement en page impaire, placée à la tête de l’ouvrage. Il peut y avoir un nom, un prénom, ou quelques mots tendres, humoristiques, mystérieux. Que ce soit pour un proche, un ami, sa maîtresse ou son amant, à un autre auteur, un acteur, son animal de compagnie ou ses enfants, cette dédicace composée, que Gérard Genette considérait comme faisant partie intégrante de l’oeuvre, est bien souvent négligée par le lecteur, impatient de commencer sa lecture.
Dans ce nouveau dossier, dix écrivains passent en revue
leurs dédicaces et nous révèlent ce qui se cache derrière ce discret
hommage.
Blandine Rinkel,
David Foenkinos,
Éric Metzger,
Éric Neuhoff,
Frédéric Ciriez,
Jean-Philippe Blondel,
Julien Bouissoux,
Nathalie Kuperman,
Patrick Autréaux,
Vincent Almendros.

LA CRÉATION

Lise Charles
Voler est un acte de foi
Nouvelle illustrée par Floriane Ricard
Dominique Noguez
Tant bien que mal
Aphorismes illustrés par François Matton
Jérôme Leroy
Elle t’écrit
Poèmes illustrés par Émilie Alenda
Matthieu Rémy
Le plus jeune sous-préfet de France
Nouvelle illustrée par Elis Wilk
Raphaël Eymery
Mary Geli
Autopsie d’un dragon filiforme illustrée par Jean-Rémy Papleux

DÉCOUVREZ CE NUMÉRO

Abonnement découverte : 16 euros, frais de port offert.

ABONNEZ-VOUS À LA REVUE

NUMÉRO 59 + ABONNEMENT 2019 (NUMÉROS 60 ET 61)
REMISE DE 5% ET FRAIS DE PORT OFFERT
45 EUROS

CHER ALBERT COHEN… PAR DAVID FOENKINOS

Cher Albert Cohen,

Je crois que sans vous je serais devenu un écrivain torturé par sa propre condition, un dépressif de la phrase ne sachant véritablement aimer les femmes bourgeoises qui possèdent un je-ne-sais-quoi de catholicisme érotique, un jeune homme incapable d’admirer les vieillards sans dents, les presque avocats, les dévoreurs de patrimoines, les capitaines des vents (bouchez vos nez), les sultans des tousseurs, et j’en passe… Peut-être qu’aussi je n’aurais pas su aimer ma mère, sans vous. Je n’aurais pas été grand chose finalement. Mais ceux qui détestent Belle du Seigneur pour sa longueur, pour son infinie variation sur le même thème, je peux les comprendre. Je n’ai pas un rapport intellectuel ou militant à votre œuvre. Mon rapport est purement physique et sensuel. Dès les premières lignes, je me suis senti en terrain connu. Cela a modifié ma vie, c’est-à-dire mon écriture et mon rapport aux femmes. J’ai voulu être Solal, j’ai voulu être Genève. Je suis devenu drôle en vous lisant. Je suis devenu moi en vous aimant. Parfois j’ouvre un de vos livres au hasard, et je prends juste une phrase, comme ça… voilà, je le fais maintenant… et je trouve cette phrase, page 36 de Mangeclous : « Certains sautaient sur place pour donner plus d’envol à leur intelligence ». Et voilà, c’est vous, c’est tout ce que j’aime chez vous mon cher Albert, votre tête fourrée entre la poésie et l’humour. Parfois, je pense avec émotion à votre cheville ; je me dis qu’en sautant sur place, j’y parviendrai un peu, à la hauteur de votre cheville. Comme je vous aime,


David Foenkinos
Décapage numéro 24 – mai 2005.