Tous les articles par Décapage

LE BUREAU DE FRANÇOIS BÉGAUDEAU

Pour préserver mon capital littéraire déjà faible, je ferais mieux de dire que j’écris dans des hôtels. Or je n’écris que chez moi. Ce n’est pas que je sente, dans cet appartement, des vibrations propices à l’art. C’est juste que je crains de ne pas trouver ailleurs, assis sur une autre chaise et devant un autre bureau, la posture la moins inadéquate à mon dos évidemment douloureux.
Face à moi je n’ai ni la plage de Malibu ni un sommet suisse mais un mur, comme Bartleby le scribe. Sur une bande large d’un mètre qui court d’un bord à l’autre, ledit mur est sévèrement écaillé. En tombant, des lambeaux de peinture beige ont découvert la couche originelle, blanche et lépreuse (lépreux est l’adjectif réflexe en pareil cas mais je n’en vois pas de meilleur).


FRANÇOIS BÉGAUDEAU, Décapage numéro 56, février 2017.

Share

LE NUMÉRO 56

CHRONIQUES
Le Journal littéraire • Xabi Molia
Un carnet de bord pas comme les autres
Regards
#1 Une liste à la Sei Shônagon autour de Borges par Eduardo Berti
#2 Une uchronie littéraire sur Frédéric Berthet par Pierre Bayard
#3 Une réhabilitation de la lapalissade par Dan Nisand
L’Interview imaginaire • Marcel Aymé
Une conversation inédite et exceptionnelle avec Marcel Aymé
Et moi, je vous en pose des questions ? • Éric Neuhoff
Tout savoir sur l’auteur en moins d’une minute, montre en main
Pour remonter le moral de l’auteur • Iegor Gran
Quelques conseils pour ne pas sombrer dans la neurasthénie
Notes de bas de page & poils de chèvre • Arthur Devriendt
Comment faire la différence entre son cousin et un morceau de parmesan?
Postures (et impostures) de l’homme de lettres • Jean-François Kierzkowski
Où l’on apprend que plagier, c’est pas beau

THÉMATIQUE
Les écrivains écrivent (toujours), lisent (souvent), et fréquentent des librairies (parfois). Mais qu’aiment-ils quand ils ne s’adonnent pas à l’une de ces trois activités ?
Pénétrez dans l’intimité de quelques écrivains et découvrez où se rend deux à trois fois par semaine Alexandre Kauffmann ; ce que collectionne Arthur Dreyfus ; comment Clément Bénech occupait les après-midis de son adolescence ; ce que contient « l’autre carnet » d’Éric Chevillard ; pourquoi Erwan Desplanques connaît par coeur le nom de certaines aires d’autoroutes ; quel est le soleil caché de Frédérique Deghelt ; pourquoi Louis-Henri de La Rochefoucauld est invisible un mois par an ; le trésor – bien caché – de Nathalie Kuperman ; ce que pratique par procuration Patrice Pluyette et pourquoi Sophie Divry a souvent le nez en l’air.

LA PANOPLIE LITTÉRAIRE
FRANÇOIS BÉGAUDEAU
PAR FRANÇOIS BÉGAUDEAU

BÉGAUDEAU PAR BAUDOUIN NOVEMBRE 2016

Auteur de 13 romans, mais aussi d’essais, de bandes dessinées, d’articles critiques, de pièces de théâtre, de scénarios et sans doute encore de quelques SMS, mails ou tracts, François Bégaudeau dans son autoportrait littéraire interroge sa biographie, parcourt sa bibliographie et nous dévoile quelques livres de sa bibliothèque avec sérieux et autodérision.

CRÉATIONS
Nicolas Bouyssi,
Y disparaître
Nouvelle illustrée par Elis Wilk
Fabien Clouette & Quentin Leclerc, César et Jimmy
Une biographie semi-imaginaire de Jimmy Arrow
Illustrée par Maya Brudieux
Franz Bartelt, La Solitude
Nouvelle illustrée par Aurélie Garnier
François-Henri Désérable, Deux hasards en octobre
Récit illustré par Manon Bucciarelli
Achilléas Kyriakìdis, Ars poetica
Nouvelle traduite du grec par Nicolas Pallier Et illustrée par Elka
David Thomas, Le conseil d’Hemingway Et autres textes
Microfictions illustrées par Floriane Ricard

 

Share

CHER EDDIE LITTLE… PAR PHILIPPE JAENADA

Salut Eddie,

J’ai vu un truc à la télé sur un type qui parlait avec les morts, et qui avait l’air tranquille et sérieux, donc j’essaie, on sait jamais. Pour tout te dire, je voulais écrire à Bukowski, en fait. Mais il doit recevoir des tonnes de lettres (et je crois que déjà, de son vivant, ça le gonflait), tandis que toi, pauvre fantôme de cette chambre de motel de Los Angeles où tu as claqué le 20 mai 2003, les yeux révulsés à 48 ans, c’est sûrement pas le courrier qui te submerge. Tu dois t’ennuyer à remourir. Bref. J’ai lu tes deux romans, Encore un jour au paradis (Another day in paradise) et Du plomb dans les ailes (Steel toes), ça m’a retourné (plusieurs fois, donc je reste dans le bon sens) et je ne sais plus quoi lire maintenant. T’aurais pu attendre un peu avant de forcer la dose. Deux livres, c’est pas des masses. Toxico, voleur, criminel à 13 ans, plein de fric ou ruiné, toute la vie comme ça dans le tumulte et la déroute, des tas d’années foutues en taule, quelques-unes en cure, foutues, deux livres et c’est terminé, le cœur arrêté, une explosion molle et tu piques du nez pour toujours dans un motel pourri de Sepulveda Blvd, avec trois dollars sur la table de chevet. Maintenant, peu de gens te connaissent, encore, même aux états-Unis. Mais ça va pas durer. Deux livres, finalement, c’est pas mal. C’est ta voix, c’est toi qui restes, ta force désespérée, ton élégance, ton détachement dans le vacarme, qui restent. Ta légèreté malgré toute cette douleur dans le corps. Bref. Je pense à toi dans un appartement du 10e à Paris, c’est quand même un peu de la magie. C’est beaucoup, deux livres. Tu resteras pas longtemps coincé dans ce motel, si tu veux mon avis, tu vas t’étendre dans le monde. Moi, pour l’instant, je descends boire une bière.


Philippe Jaenada
Dans le numéro 28, juin 2006.

 

Share

Rox, Rouky, Rochefort, Campan et moi… par Olivier Adam

La première fois je ne me souviens pas mais j’ai oublié tant de choses. Peut-être y a-t-il eu l’éblouissement, les yeux écarquillés vers la lumière. Plus sûrement l’indifférence un peu blasée de qui déjà ne s’étonne plus de rien. C’était un Disney, je suppose. Avec mon frère, celui qui s’est rayé de ma vie comme s’il n’y avait tenu qu’un rôle éphémère, avant de passer à un autre film, un autre rôle, ni plus ni moins important que le précédent. Ma grand-mère était près de moi elle aussi, et elle allait mourir quelques mois plus tard. C’était Merlin l’enchanteur mais ça n’a plus d’importance. Il ne m’en reste aucune image. Ce que je garde par contre, la seule chose qui compte, c’est la sensation confuse, mais intacte presque, de leurs présences à tous les deux.

Le premier film dont je n’ai pas tout oublié, par contre, c’est Rox et Rouky je crois. Mais bizarrement, ce dont je me souviens surtout, c’est la voix de Jean Rochefort : elle sort du haut-parleur unique du mange-disque orange que j’ai reçu pour Noël, tandis que je tourne les pages du livret au format des trente-trois tours, assis sur la moquette bleue de la chambre aux rideaux pareils, meubles en formica blanc à liserés marronnasses, fenêtre aux croisillons de bois sur le jardin et l’allée plantée de tilleuls un peu malades. De cette époque, celle de mes dix ans, je garde pour Rochefort un genre de tendresse poignante, la même que j’éprouve pour Joe Dassin que j’écoutais alors en boucle, ou pour certaines chansons (Le petit garçon de Reggiani, La Fanette de Brel, Que serais-je sans toi de Ferrat) qui n’étaient pas de mon âge et qui me submergeaient, et qui aujourd’hui me taillent en pièce et m’étranglent quand par hasard je les entends à la radio, sans que je sache trop bien pourquoi sinon qu’elles appartiennent à l’enfance, au passé, et que chez moi la nostalgie n’est jamais un regret, ni une mollesse, mais un coup de pied dans le ventre, qui me coupe en deux et m’enlève le souffle. Je crois que si aujourd’hui quelqu’un me faisait la surprise de retrouver ce disque et de me le passer sans que je m’y attende, au moment même où Rochefort prononcerait le nom de Big Mama, je m’effondrerais, me diluerais, volerais en éclat. Continuer la lecture de Rox, Rouky, Rochefort, Campan et moi… par Olivier Adam

Share

LE JOUR OÙ J’AI EU LE PRIX GONCOURT… PAR DOMINIQUE NOGUEZ

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, je m’en souviens comme si c’était hier, il pleuvait comme vache qui pisse.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, je l’ai refusé.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai été si surpris que j’ai eu un infarctus.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, c’est Patrick Rambaud qui a eu le Renaudot.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, je me suis dit : « Hé ! comme Proust ! comme Malraux ! comme Mandiargues ! comme Duras ! »

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, je me suis dit : « Merde ! comme Léon Frapié ! comme André Savignon ! comme Ernest Pérochon ! comme Maurice Constantin-Weyer ! »

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai mangé des huîtres à deux heures du matin dans je ne sais plus quel boui-boui avec je ne sais plus quelle attachée de presse et j’ai été malade comme un cheval.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, Huysmans était encore au jury.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai remarqué sur l’aile de mon nez déjà rose et rond la petite veine violette qui allait contribuer à sa métamorphose définitive en nez d’ivrogne et me valoir cette exclamation de Jean-Pierre Mocky, le jour où, trois ans plus tard, la dèche revenue, je participais avec trente autres pékins à un casting pour le rôle de Landru : « Putain, prenons celui-là : il a une trogne ! »

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai planté sur mon balcon un nouveau pied de marijuana.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, François Nourissier est mort à la fin du déjeuner chez Drouant.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai pensé à la réflexion de Raymond Guérin en visite chez Gallimard le jour où Marius Grout, écrivain maison, venait d’obtenir le Goncourt 1944 : «  On dirait que celui-ci [le jury du prix] se plaît à se discréditer. »

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, ma femme m’a quitté.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, quand il a annoncé le résultat, Armand Lanoux avait une trace de sperme sur sa braguette.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai acheté sur Internet l’ancien château de Jean d’Ormesson.

Le jour où j’ai eu le prix Goncourt, j’ai décidé de ne plus écrire.

 


Dominique Noguez
Décapage numéro 26, 2005.

Share

« LA CRÉATION LITTÉRAIRE NE SE COMMANDE PAS »

«La création littéraire ne se commande pas. C’est un alcool fort qui réclame, à partir de la matière brute, une distillation, une maturation. Quand je feuillette les auteurs actuels, qui, à mes yeux, publient trop, mon diagnostic est toujours le même: pas assez de travail! Les gens s’imaginent qu’écrire est facile. Mais il faut revenir au moins six ou sept fois sur le même chapitre pour l’améliorer, puis retrouver la fraîcheur du premier jet. C’est si rare quand ça file tout seul au point de me laisser croire que le clavier a plus de talent que moi.»


François Weyergans, Interview dans L’Express, Par  Olivier Le Naire, 22/09/2005

Share

LE BUREAU DE MARIE DARRIEUSSECQ

Je quitte peu mon lit l’hiver, c’est devenu un grand bureau,
entre les piles de bouquins, le thermos de thé, les coussins,
les jouets des enfants. L’iPad est pratique pour écrire au lit.
Le bureau est devenu le lieu de la psychanalyse, pour recevoir
mes patients. Il ouvre en grand sur un balcon avec des
rosiers et des merles, c’est un beau lieu pour rêver éveillé.
Mais j’ai aussi des périodes d’écriture très denses où je me
lève tôt pour m’enfermer dans ce bureau tout au bout de
l’appartement, à l’écart du bruit et du monde… Bref : ça
dépend. Dans la cuisine, j’écris parfois à certaines heures
quand la lumière y est belle, ou quand je me refais une
énième théière.


Marie Darrieussecq, dans Décapage, numéro 46.

002-02-la-cuisine002-01-le-bureau-2

Share